Association Pour Un Café Associatif Aixois


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Réunion du 9/11/11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Réunion du 9/11/11 le Lun 12 Déc - 12:36

Admin

avatar
Admin
I Principe du café associatif

Tout d'abord, Georges qui nous a invité à cette rencontre, nous présente le projet du café.

« Il manque à Aix un lieu géré par ses citoyens, un espace qui pousse au débat, incite à la réflexion, développe la coopération créatrice et initie à la découverte des créations artistiques de chacun.
Un lieu de culture alternatif à la culture commerciale consumériste.
Un lieu dans lequel les associations trouvent leurs places au sein d'une démarche collective.

Ce type de lieu existe dans plusieurs villes en France sous diverses formes. Une des formes de ces lieux de partage sont les cafés associatifs. Un café associatif, c'est un café géré par tout ceux qui veulent s'y investir et ouvert à tout ce que l'on souhaite y faire. Il peut s'y dérouler des débats, des conférences, des projections de films, des ateliers (couture, écriture, peinture...), des sessions jeux, des concerts, des expositions...
Il en existe un très bon exemple pas loin : « l'équitable café » à Marseille, et il en a même existé un à Pertuis « Hakuna-Matata ».

Créons cet espace ensemble, c'est possible ! Personne d'autre ne le fera à notre place.
La création collective de cet espace sera une expérience enrichissante pour tous, autant dans son cheminement que dans sa réalisation.»


II Tour de Présentation

Un par un, les gens se présentent en précisant ce qu'ils souhaitent voir dans le café, comment ils veulent s'impliquer et leurs compétences.

Chiara vient de Gênes et étudie en histoire de l'art en lien avec la fondation Vasarely. Elle a cotoyé les lieux alternatifs auto-gérés de sa ville et trouve que ça manque à Aix. Elle aimerait bien travailler avec les enfants.

Lucie est étudiante en 3ème année d'Anthropologie. Elle est intéressée par le théâtre, le cinéma et la cuisine. Elle est motivée et a du temps.

Amélie a fini ses études récemment en psycho (Master2) et revient juste de Taïwan. Elle ne s'est pas plus là-bas... Elle aimerait s'occuper de récup et de cuisine. Elle connait des musiciens qui seraient (probablement) prêts à jouer.

Anne-Marie est prof, elle fait partie d'ATTAC. Elle évoque « la mauvaise herbe » qui a été un temps un resto associatif à Aix.

Sophie fait partie du mouvement Colibri, d'ATTAC et de Ville en transition, elle participe à ce qui est alternatif et convivial.

Pierre travaille sur l'évolution des institutions. Il participe aux forums sociaux locaux et pense qu'il ne faut pas seulement s'indigner mais « Proposer une dynamique créative positive de transformation social » ( euh là, c'est moi qui le dit ). Il participe à ATD Quart-Monde.

Céline fait partie de Fac Verte et participe de manière très suivie au jardin collectif étudiant à Cuques. Elle est en doctorat en Science de l'art et motivée par la déco et la création artistique au sein du café.

Manon est ex-étudiante en Histoire. Elle va avoir du temps et est motivée.

Nadège a un peu de temps libre. Elle a étudié l'art plastique et s'intérésse à la récup' et à la décoration.

Christelle est aussi à Fac Verte en L3 Lettres Modernes . Elle a un petit garçon et aimerait qu'on propose de la nourriture au café.

Virginie aimerait bien travailler sur des débats au sein du café. Elle est prête à s'occuper d'une partie de l'administratif au sein du café. Et elle aimerait bien faire des contes pour enfants.

Laurine est étudiante en Archéo (L3). Elle est référente de l'AMAP de Fac Verte à Cuques et aimerait bien aussi faire des contes pour enfant.

Sandra est présidente de l'AMAP du centre ville (distribué aux Arts). Ce qui l'intéresse est la création d'un lieu de rencontre et de réunion pour les citoyens et les associations.

Bernard est militant à ATTAC, il ne dit pas avoir de compétence particulière.

Charles est en 1ère année de philo. Il a de noble compétence en restauration/cuisine.

Georges est en pause d'étude. Il a eut une licence d'économie spécialisé en Info (MIAGE). Il fait partie de Fac Verte depuis 2 ans et a arrêté les études pendant un an pour se consacrer à la création d'un café associatif à Aix. Il travaille dans une entreprise qu'il a créée il y a (déjà) trois ans.

Trois / quatre autres personnes sont arrivées en cours de route et n'ont pas eu l'occasion de ce présenter.

III Qu'est ce qu'on fait maintenant?

a) Ce qui est déja prévu

Il y a déjà trois infos dont Georges parle.

  • Lundi 14 Novembre
L'équitable café organise une rencontre / formation sur le café associatif (je copie colle le mail qui définit la rencontre).

« Salut tout le monde,
vous êtes différents projets à nous avoir sollicités pour une rencontre afin de partager notre expérience de création de café associatif. C'est avec plaisir qu'on essaye de rencontrer tout le monde le plus possible, mais souvent le temps nous manque, et les sollicitations sont trop nombreuses. Du coup Raphaëlle qui a un projet en création dans les Hautes-Alpes nous a suggéré d'organiser une journée collective d'information, et l'idée nous semble bonne.
On se disait qu'on pourrait faire une journée un vendredi, avec la matinée passée sur la structuration en interne, la gestion, la législation, le budget etc, et une après midi passée plutôt sur le projet associatif, la prog, la com.
ça serait l'occasion pour vous tous également de vous rencontrer. »


Il y a plusieurs motivés pour venir (5 précisément). On s'organisera à la fin pour y aller ensemble.

  • Vendredi 25 Novembre
Le PILES souhaite nous rencontrer dans l'idée de nous proposer une formation sur 12 jours pour nous former sur plusieurs thématiques centrées sur le montage de projet. Les formations ont lieu du 31 Janvier au 8 Mars. Pour plus de précisions , je vous copie aussi le mail de la madame :

« Je ne pourrai malheureusement pas venir le 9 novembre mais je suis intéressée par le projet et souhaite être tenu informée.
Par ailleurs, en tant qu'animatrice du Piles de Marseille, je vous informe qu'il est possible de bénéficier d'un accompagnement gratuit pour vous aider à formaliser ce projet.

Le Pôle d’Initiatives Locales d’Economie Solidaire de Marseille est un lieu d’information, de formation, de mise en lien et d’accompagnement autour du champ de l’économie alternative et solidaire. Le Piles vous accompagne dans le passage d’une envie, d’une idée, à la formalisation plus précise de votre projet de création d’activité d’économie solidaire, dans une démarche économique alternative, respectueuse de l’homme et de son environnement. Il intervient spécifiquement sur la « phase d’émergence » afin de travailler les questions de l’utilité sociétale et de sa traduction économique, de la dimension collective, de l’ancrage au territoire et de la dimension partenariale du projet.
L’accompagnement du Piles permet aux porteurs de projet de s’approprier la démarche d’économie solidaire et les méthodologies de projet afin d’être en mesure de présenter une initiative de manière claire et argumentée. Nous vous proposons d’entrer dans une dynamique collective pour ancrer votre projet en lien avec les spécificités et besoins du territoire, organiser vos démarches, être mis en lien avec des personnes ressources (entrepreneurs, financeurs, fournisseurs, institutions, réseau d’accompagnement...) pour le démarrage de l’activité.
Voici en pièce jointe le prochain programme qui se déroule du 31 janvier au 8 mars 2012, n'hésitez- pas à me contacter pour toute information .»


  • La troisième info
On nous propose une galerie d'art pour nous réunir en cas de pluie ou de froid. Cette galerie se situe Rue Lisse des Cordeliers et appartient à l'ESDAC. Stéhpane Salord nous propose ce lieu de façon gratuite pour nous aider.
Plusieurs personnes s'exclament ! Stéphane Salord n'est pas neutre. Il a fait pas mal de politique (notamment en tant qu'adjoint avec la maire actuelle puis sur une liste municipale centriste). Pour certains accepter ce lieu, ce serait nous fermer des portes en se rapprochant d'une personnalité politique.
On décide donc de choisir d'autre lieu de réunion : salle publique, salle de fac ou de cité U. L'idée de faire une réunion dans un bar n'enchante pas trop car on y est obligé de consommer. Par la création de notre lieu, on veut aussi remettre en cause la société consumériste. Ce serait contre-nature de pousser à la consommation pour le créer. La prochaine réunion se passera probablement dans une salle de cité U.

b) ce qu'il nous faut réaliser
On est tous d'accord pour s'organiser en prenant notre temps. Pour nous, la première étape de notre chemin doit être la création d'une association. Grâce à cela, on aura une visibilité, on sera en mesure de demander des subventions et on sera plus rassembleur. Cela nous permettra aussi de définir plus précisément notre projet commun. Viendra après la recherche d'un local et de financement. On préfère faire progressivement, se former de manière organisée plutôt que tout nous tombe sur la tête de manière imprévue.
On parle ensuite du collège solidaire. Les assos ne sont pas obligées de fonctionner avec une hiérarchie affichée et / ou réelle. On peut décider que plutôt d'être dirigée par un bureau (président, secrétaire, trésorier), l'association soit co-gérée par un collège solidaire. Ce collège est alors responsable devant la justice. Il choisit en son sein des référents ou des chargés de missions qui ont des tâches ponctuelles ou régulières à réaliser (communication interne/externe, trésorerie, administration... ). Le problème éventuel d'un collège solidaire est la difficulté d'acceptation de ces statuts par les autorités. La préfecture aime bien avoir un responsable sur qui « taper » en cas de problème. Elle refuse parfois ce type de statut. D'autre part, certaines structures institutionnelles (banque, fondation, collectivité...) préfèrent une structure traditionnelle.
On va sans doute tenter de proposer une structure en collège solidaire mais on ne va pas bloquer dessus. Si on a une structure traditionnelle, on rédigera un règlement intérieur pour éviter la hiérarchie.
L'idée est lancée de créer un blog pour être visible de l'extérieur. Georges s'en charge.
cafeassociatifaixois.over-blog.com/
On parle ensuite un peu de financement et local. Pour les locaux, il faudra regarder les locaux disponibles avec et sans droit au bail. Il existe des structures d'investissement qui financent (par le prêt) des projets dans le secteur de l'économie sociale et solidaire. Il y a par exemple les Cigales. Un problème évoqué pour toucher des subventions est qu'en général, il faut que l'association ait un an pour pouvoir demander des subventions.
En même temps que l'on rédige les statuts de notre asso, il serait bien de définir ce que l'on veut qu'il se passe dans notre café.

On va regarder dans une cité U pour la prochaine rencontre. Elle sera le Mercredi 23 Novembre à 18 heures. On changera ensuite de jour pour se réunir (car le Mercredi, certains ne peuvent pas).[b][list][*]

Voir le profil de l'utilisateur http://apucaa.forumgratuit.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum